Centres de diagnostic multidisciplinaires pour le SFC

Ces centres examinent si quelqu’un présente le SFC et proposent un traitement. Si c’est indiqué, ce traitement comprend un programme d’exercices progressif ou une thérapie cognitivo-comportementale. Ces traitements sont dispensés par des thérapeutes de l’entourage du patient. Le médecin généraliste occupe un rôle central et est rémunéré pour son apport. La mutualité rembourse en grande partie l’accompagnement dans le centre ainsi que les traitements mentionnés.


Quels centres ?

Les centres de diagnostic mutltidisciplinaires pour le SFC sont une section de consultation d’un hôpital général ou universitaire. Les centres sont constitués d’une équipe composée de différents dispensateurs de soins spécialisés en SFC. L’équipe comprend notamment un médecin spécialiste en médecine interne, un psychiatre et un médecin spécialiste en médecine physique. Si nécessaire, le patient est également examiné par d’autres spécialistes de l’hôpital.

Les centres seront en principe opérationnels au 1-9-2014. Il n’y a (pour le moment) de centres candidats qu’en Flandre. Ces hôpitaux sont notifiés lorsque la convention est conclue avec eux.

Qu’offrent les centres ?

Les centres proposent :

  • une approche intégrale tenant compte de tous les aspects physiques, psychiques et sociaux de la maladie
  • un examen diagnostique multidisciplinaire approfondi
  • une proposition de traitement
  • un suivi régulier et des directives pour les thérapeutes de l’entourage du patient qui dispensent les traitements
  • un programme de remise au travail partielle ou totale s’il est réalisable pour le patient

Quels sont les principaux traitements que les centres peuvent proposer ?

La thérapie cognitivo-comportementale et le programme d’exercices progressif sont les seuls traitements dont il est suffisamment démontré scientifiquement qu’ils peuvent diminuer les plaintes SFC. Les centres proposent ces traitements si l’examen révèle qu’ils peuvent améliorer le fonctionnement d’un patient déterminé.

Ces traitements ne sont pas réalisés au centre, mais sont dispensés respectivement par des thérapeutes cognitivo-comportementalistes et des kinésithérapeutes de l’entourage du patient. (Si vous ne trouvez pas de thérapeute cognitivo-comportementaliste dans cotre entourage, vous pouvez également suivre le traitement dans l’hôpital du centre.)

La thérapie cognitivo-comportementale comporte 17 séances individuelles de 50 minutes. L’INAMI détermine qui entre en ligne de compte comme thérapeute cognitivo-comportementaliste pour le SFC. Ces thérapeutes ont suivi une longue formation.

Comment pouvez-vous comme patient entrer en ligne de compte pour un accompagnement dans un centre ?

Vous devez être renvoyé vers un centre par votre médecin généraliste. Votre médecin généraliste doit estimer que vous présentez le SFC et qu’un examen spécialisé s’impose pour avoir une meilleure compréhension de vos plaintes et pouvoir proposer un traitement mieux adapté.

Vous devez d’abord être examiné par le médecin spécialiste en médecine interne du centre. Si ce médecin confirme la présomption de SFC, vous êtes pris en considération pour l’examen diagnostique multidisciplinaire approfondi.

Si, sur la base de l’examen diagnostique approfondi, l’équipe confirme que vous présentez effectivement le SFC, vous entrez en ligne de compte pour un traitement au moyen d’une thérapie cognitivo-comportementale ou d’un programme d’exercices progressif si le centre estime que ce traitement est utile pour atténuer vos plaintes.

Si vous avez déjà été auparavant dans un ancien centre de référence SFC, vous n’entrez plus en ligne de compte pour un nouvel examen diagnostique multidisciplinaire dans un des nouveaux centres de diagnostic. Vous pouvez dans ce cas être pris en considération pour le remboursement de la thérapie cognitivo-comportementale si le diagnostic du SFC a été établi chez vous auparavant dans un centre de référence.

Que rembourse la mutualité ? Que paie le patient ?

La mutualité rembourse en grande partie l’accompagnement dans le centre ainsi que les traitements (au moyen d’une thérapie cognitivo-comportementale ou d’un programme d’exercices progressif). Vous, en tant que patient, vous payez un ticket modérateur par prestation.

Vous devez demander à la mutualité le remboursement de votre accompagnement. Le centre vous aide à établir cette demande.

Quel rôle et quelle rémunération pour le médecin généraliste ?

Le médecin généraliste remplit un rôle central. Il renvoie les patients et est informé par écrit des résultats de l’examen diagnostique et du contenu de l’avis de traitement. Il représente les dispensateurs de soins de la première ligne et renvoie le patient si c’est le cas vers un kinésithérapeute pour suivre un programme d’exercices progressif. (Le centre cherche lui-même un thérapeute cognitivo-comportementaliste pour le patient.)

Le médecin généraliste est invité à participer à la concertation avec les médecins du centre. Parce qu’on attache beaucoup d’importance à sa participation, le médecin généraliste perçoit à cet effet une rémunération de 65 EUR. Il n’est pas nécessaire que le médecin généraliste se rende au centre pour participer à la concertation. Le médecin généraliste peut, par exemple, prendre part à la concertation via un dialogue en ligne (chat). Sa participation est également rémunérée dans ce cas.

Plus d'informations

Contacts

 

Dernière mise à jour 11 mai 2015