Démence débutante : intervention dans les coûts pour le traitement dans les cliniques de la mémoire

Les cliniques de la mémoire apprennent au patient atteint d’une démence débutante et à ses proches les aptitudes de base qui permettront au patient de continuer à vivre à domicile, le plus longtemps possible, dans les meilleures conditions possibles.


À qui s’adressent les cliniques de la mémoire ?

Elles s’adressent à des patients :

  • qui ont reçu un diagnostic de démence débutante, posé par un médecin spécialiste
  • et qui peuvent continuer à vivre chez eux ou chez un proche pendant au moins 12 mois.


Que proposent les cliniques de la mémoire ?

Les cliniques de la mémoire dispensent un programme de réhabilitation cognitive, afin d’apprendre au patient des stratégies pour compenser ses déficits et continuer à accomplir certains actes quotidiens (p. ex. : utilisation d’un aide-mémoire, gestion de l’argent, maintien de l’hygiène, etc.) :

  • elles forment le ou les proches qui aident le patient dans sa vie quotidienne
  • elles conseillent des adaptions du domicile qui permettent de compenser les difficultés cognitives (p. ex. : adaptations pour favoriser l’orientation dans la maison, suppressions de certains obstacles, etc.)
  • elles informent le patient, ses proches, les soignants sur la démence, son évolution et ses conséquences.
  • elles dispensent leurs soins sous la forme de séances, dans la clinique ou au domicile du patient.

Comment bénéficier du traitement par une clinique de la mémoire ?

Le traitement par une clinique de la mémoire doit être prescrit par un médecin neurologue, gériatre ou psychiatre et, éventuellement, par le médecin généraliste du patient. La prescription doit mentionner le diagnostic de démence débutante et identifier le médecin spécialiste qui l’a posé ou confirmé.

Elle doit être accompagnée d’un dossier médical comprenant :
  • les résultats de tous les tests et examens passés par le patient en vue de la formulation du diagnostic
  • une copie du plan de traitement démontrant que le patient réunit les conditions pour poursuivre sa vie à son domicile ou au domicile d’un proche, hors de tout milieu institutionnel de soins ou d’hébergement de personnes âgées, pendant une période s’étendant encore sur un minimum de 12 mois, à la date du début du programme de rééducation
 
Le patient doit s’adresser à un centre qui figure dans la liste des centres de référence conventionnés avec l’INAMI.


Que doit faire la clinique de la mémoire pour traiter les patients ?


Le centre doit :
 
Si la mutualité marque son accord, le centre peut assurer le traitement du patient.
 

Que paie le patient traité par une clinique de la mémoire ?

 
Le patient ne paie que sa part personnelle (le « ticket modérateur ») pour une rééducation ambulatoire, par séance.
 
Le diagnostic et la coordination du traitement par un centre de référence ne comprennent pas :
  • les consultations chez le(s) médecin(s) du centre
  • les examens qui sont prescrits par le centre mais ne sont pas réalisés par lui
  • l’éventuel traitement médicamenteux de la démence.

Plus d'informations

Contacts

 

Dernière mise à jour 11 juillet 2016