Troubles mentaux, troubles de l’ouïe et du langage, troubles neurologiques : intervention dans les coûts de traitement par les centres de rééducation ambulatoire (CRA)

Les centres dispensent un traitement à des patients qui présentent certains troubles mentaux, un retard mental, des troubles complexes du développement, des troubles de l’ouïe, du langage, certains troubles neurologiques et neuro-locomoteurs.

Le traitement consiste en séances ambulatoires, de durée variable, individuelles ou en petit groupe.

L’assurance soins de santé (via la mutualité) peut intervenir financièrement dans ce traitement.
Tous les centres ont signé la même convention. Cependant, la plupart des centres ne traitent qu’une partie des pathologies couvertes par cette convention. Les parents qui souhaitent que leur enfant suive un traitement dans un centre, ou les adultes qui souhaitent suivre eux-mêmes un traitement, doivent d’abord contacter le centre pour s’informer sur le type de pathologies qu’il prend en charge, sur les objectifs des soins, sur les méthodes thérapeutiques, etc.


À qui s’adressent les centres ?


Les centres s’adressent à des patients atteints de différents types de pathologies :
  • des troubles mentaux tels que
    • des troubles autistiques
    • un déficit de l’attention avec hyperactivité
    • des troubles graves du comportement
    • des troubles graves de l'humeur
  • un retard mental (quotient intellectuel ou quotient de développement inférieur à 70)
  • des troubles complexes du développement, caractérisés par un retard significatif dans plusieurs des domaines suivants :
    • le langage oral
    • les acquisitions scolaires
    • la motricité, l’attention
    • la mémoire, les fonctions exécutives
    • le comportement, la perception auditive ou visuelle
    • le fonctionnement visuospatial).
  • des troubles de l’ouïe
  • certains troubles du langage, de la parole ou de la déglutition
  • une lésion cérébrale sans symptôme de démence
  • une infirmité motrice cérébrale.
 
Dans la plupart des cas, les patients doivent être âgés de moins de 19 ans.
Il n’y a néanmoins pas de limite d’âge pour les patients souffrant de certains troubles neurologiques acquis, certains troubles de l’ouïe, certains troubles de la parole, ou un bégaiement.
 
La définition précise des groupes-cibles figure à l’article 3 de la convention (pp. 4 à 9).
 

Quels sont les objectifs des soins dispensés par les centres ?


Les programmes de soins ont des objectifs précis qui dépendent du type de pathologie et de la situation personnelle du patient.
A un niveau général, ils visent des objectifs semblables :
  • diminuer la gravité ou la fréquence d’apparition des symptômes
  • développer les aptitudes conservées, apprendre au patient à les utiliser pour compenser le handicap
  • réduire les conséquences négatives de la maladie, empêcher l’apparition de handicaps supplémentaires
  • apprendre au patient et à ses proches à connaître la maladie et ses conséquences
  • augmenter la qualité de vie du patient et de ses proches
  • favoriser l’insertion sociale du patient.


Que proposent les centres ?


Les centres dispensent leurs soins sous la forme de séances de rééducation ambulatoires ou, plus rarement, pour certaines pathologies, sous la forme de journées de rééducation ambulatoires.
 
Il existe de nombreuses sortes de séances en fonction de la pathologie et des besoins des patients.
Les séances peuvent être
  • de durée variable (entre ½ heure et 2 heures, par tranches d’ ½ heure)
  • individuelles ou en petit groupe
  • dispensées par un ou plusieurs thérapeutes
  • dispensées au patient et/ou à un ou plusieurs membres de sa famille
  • destinées aux enseignants de certains patients.
 
Les programmes de soins sont multidisciplinaires : ils sont dispensés par des médecins spécialistes, des psychologues, des logopèdes, des kinésithérapeutes ou des psychomotriciens, des éducateurs spécialisés, etc.
Les centres évaluent l’évolution de chaque patient, à intervalles régulier, à l’aide de tests objectifs, pour décider s’il faut maintenir le programme de rééducation, le modifier, ou y mettre fin.
 

Comment bénéficier d’un traitement par un centre ?


Dans la plupart des cas, un médecin spécialiste doit prescrire la rééducation.
Les patients doivent s’adresser à un centre qui figure dans la liste des centres conventionnés avec l’INAMI.
Que doit faire le centre spécialisé pour suivre le patient?
Le centre doit :
 
Si la mutualité marque son accord, le centre peut assurer les soins.
 

Que paie le patient suivi par un centre ?

 
Le patient paie sa part personnelle (« ticket modérateur ») pour une prestation ambulatoire.

Plus d'informations

Contacts

 

Dernière mise à jour 15 février 2016