Convention pour relancer les médicaments biosimilaires en Belgique

Pour stimuler l’usage des médicaments biosimilaires en Belgique, la ministre de la Santé publique et des Affaires sociales a conclu une convention avec toutes les parties concernées, dont les associations d'hôpitaux, de spécialistes, de pharmaciens hospitaliers et l’industrie pharmaceutique.

Cette convention signée le 7 janvier 2016 trouve sa place dans le cadre du Pacte d’Avenir pour le patient avec l’industrie pharmaceutique.


Quel est l’objectif de cette convention ?

Dans l’intérêt général, l’objectif de la convention sur la relance des médicaments biosimilaires est de stimuler l’usage de médicaments biosimilaires de sorte que, à court terme et surtout à long terme, ces médicaments soient disponibles en Belgique et le restent. Les économies dégagées grâce à l’usage des biosimilaires pourront ensuite être investies en tout ou en partie dans la recherche et le développement de thérapies innovatrices.

Par cette convention la ministre appelle le monde médical à utiliser davantage de médicaments biosimilaires dans le cadre de la santé publique, du coût pour le patient, de la durabilité du système des soins de santé et de la maîtrise du budget des médicaments.

Cette convention est-elle vraiment nécessaire ?

Oui. Des études comparatives de la Commission européenne montrent qu'en Belgique, le potentiel offert par les biosimilaires est sous-utilisé : alors que dans l'U.E. la part de marché moyenne du biosimilaire de l'EPO est de 43 % et celle du biosimilaire du filgrastim de 81 %, ces pourcentages sont respectivement de 0 % et 2 % en Belgique. Ce problème semble se poser spécifiquement dans les hôpitaux.

Si la tendance actuelle se maintenait, l'industrie concernée se retirerait inévitablement de Belgique, ce qui empêcherait de profiter des effets de la concurrence et des économies potentielles en découlant. C’est pourquoi cette convention prévoit d’ouvrir, pendant la présente législature, des perspectives pour les médicaments biosimilaires en Belgique.

Qui a signé cette convention ?

La convention sur la relance des médicaments biosimilaires en Belgique a été signée par :

  • la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block
  • les associations professionnelles des disciplines médicales qui prescrivent des médicaments biologiques : la Société royale belge de rhumatologie, la Belgian Society for Medical Oncology, la Société belge de néphrologie, l’Union professionnelle belge des gastro-entérologues, la Belgian Irritable Bowel Disease Research and Development, la Société belge d’hématologie, l’Union professionnelle belge de dermatologie et vénérologie
  • des représentants du secteur hospitalier : l’Association francophone des pharmaciens hospitaliers de Belgique et la Vlaamse Vereniging van Ziekenhuisapothekers, l’Association belge des hôpitaux
  • les 2 principales organisations coupoles de l’industrie pharmaceutique : Pharma.be et Febelgen.

L’INAMI et l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) soutiennent cette convention.

Une convention dans le cadre du Pacte d’Avenir

Le Pacte d’Avenir pour le patient avec l’industrie pharmaceutique reprenait cet engagement d’utiliser davantage de médicaments biosimilaires. La ministre de la Santé publique et des Affaires sociales a conclu ce pacte le 27 juillet 2015 avec l’ensemble de l’industrie pharmaceutique.

Plus d'informations

Contacts

 

Dernière mise à jour 13 décembre 2016