Études sur l’incapacité de travail réalisées par notre Service des indemnités

Chaque année, notre Service des indemnités publie une série d’études et de rapports sur les évolutions dans le domaine de l’incapacité de travail.
Auteur
Centre d’expertise en matière d’incapacité de travail
Type de publication
Etude; Rapport
Thèmes
Incapacité de travail


Nos études publiés en 2018

Reprises de travail à temps partiel autorisées par le médecin conseil pour les travailleurs indépendants en incapacité de travail – période 2015-2016 – travailleurs indépendants

En 2016, au total 8.833 indépendants en incapacité de travail ont exercé une activité autorisée durant au moins 1 jour. Parmi les 4.502 titulaires qui en 2016 arrêtent cette activité, 31,29% reprennent leur activité antérieure ou une autre activité. Plus vite le médecin conseil de la mutualité décide une reprise de travail à temps partiel, plus grandes sont les chances de reprendre ensuite l’activité à temps plein. Les autorisations accordées dans les 3 à 6 mois suivant le début de l’incapacité de travail, conduisent à une reprise de travail à temps plein dans respectivement 48,26% et 38,10% des cas.

Reprises de travail à temps partiel avec l’autorisation du médecin conseil pour les titulaires en incapacité de travail – période 2013-2016 – travailleurs salariés

Le nombre d’autorisations pour reprendre le travail à temps partiel accordées à un titulaire en incapacité de travail en vue de sa réintégration sur le marché du travail est en augmentation. En 2016, 72.334 titulaires exerçaient une activité ainsi autorisée. Parmi ceux qui mettent fin à cette activité à temps partiel, 48,97% reprennent le travail à temps plein. Une autorisation d’exercer une activité à temps partiel accordée dans les 6 mois suivant le début de l’incapacité de travail, conduit alors même à une reprise de travail à temps plein dans plus de 50 % des cas.

Absentéisme en incapacité primaire – Analyse des facteurs explicatifs – période 2011-2016

L’étude analyse l’absentéisme pour cause de maladie, pour les périodes qui dépassent la période de salaire garanti.
Quelques conclusions de l’étude :

  • Les problèmes psychiques et les affectations musculo-squelettiques sont les principales causes d’incapacité de travail.
  • Le taux d’absentéisme a diminué en 2016 alors qu’il était en augmentation constante depuis 2012. Cette baisse est due à la diminution du taux d’absentéisme dans la catégorie des chômeurs. Du côté des actifs, ce taux est resté stable par rapport à 2015.
  • Les ouvriers sont plus souvent absents pour cause de maladie que les employés.
  • Les femmes s’absentent plus pour cause de maladie que les hommes.
  • Les titulaires issus du chômage qui entrent en incapacité restent visiblement plus longtemps malades que les titulaires actifs.
  • Le taux d’absentéisme augmente à mesure que l’âge augmente.
  • Les défis principaux en vue de réduire l’absentéisme sont :
    • les mesures préventives
    • la réintégration des titulaires en incapacité de travail.

Facteurs explicatifs de l’augmentation du nombre d’invalides – période 2007-2016 – Régime général et régime des indépendants

En 20 ans, de 1997 à 2016, le nombre de salariés invalides augmente de 113,08% pour atteindre 366.293 personnes. Au cours de la même période, le nombre d’indépendants invalides augmente moins fortement (49,43%) pour atteindre 24.472 personnes. Le nombre d’invalides continue d’augmenter en 2016 mais de manière moins prononcée par rapport aux années précédentes. Certains facteurs démographiques, communs aux 2 régimes, expliquent cette augmentation : le vieillissement de la population ou l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail. Par ailleurs, des différences importantes existent aussi entre les 2 régimes. Cette étude examine les différences au niveau du taux d’invalidité, de l’âge, de la durée et du groupe de maladies à l’origine de l’incapacité de travail. 

Nos études publiés en 2017

Reprises de travail à temps partiel autorisées par le médecin conseil pour les travailleurs indépendants en incapacité de travail – période 2014-2015 – travailleurs indépendants

En 2015, au total 8.230 indépendants en incapacité de travail ont exercé une activité autorisée durant au moins 1 jour. Parmi les 4.294 titulaires qui en 2015 arrêtent cette activité, 33,16% reprennent leur activité antérieure ou une autre activité. Plus vite le médecin conseil de la mutualité décide une reprise de travail à temps partiel, plus grandes sont les chances de reprendre ensuite l’activité à temps plein. Les autorisations accordées dans les 3 à 6 mois suivant le début de l’incapacité de travail, conduisent à une reprise de travail à temps plein dans respectivement 49,45% et 39,41% des cas.

Reprises de travail à temps partiel avec l’autorisation du médecin conseil pour les titulaires en incapacité de travail – période 2012-2015 – travailleurs salariés

Le nombre d’autorisations pour reprendre le travail à temps partiel accordées à un titulaire en incapacité de travail en vue de sa réintégration sur le marché du travail est en augmentation. En 2015, 61.354 titulaires exerçaient une activité ainsi autorisée. Parmi ceux qui mettent fin à cette activité à temps partiel, 47,44% reprennent le travail à temps plein. Une autorisation d’exercer une activité à temps partiel accordée dans les 6 mois suivant le début de l’incapacité de travail, conduit alors même à une reprise de travail à temps plein dans plus de 50 % des cas.

Absentéisme en incapacité primaire – Analyse des facteurs explicatifs – période 2010-2015

L’étude analyse l’absentéisme pour cause de maladie, pour les périodes qui dépassent la période de salaire garanti.

Quelques conclusions de l’étude :

  • Les problèmes psychiques et les affectations musculo-squelettiques sont les principales causes d’incapacité de travail.
  • Le taux d’absentéisme augmente au cours de la période 2010-2011 pour finalement se stabiliser en 2012. À partir de 2013, le taux augmente à nouveau.
  • Les ouvriers sont plus souvent absents pour cause de maladie que les employés.
  • Les femmes s’absentent plus pour cause de maladie que les hommes.
  • Les titulaires issus du chômage qui entrent en incapacité restent visiblement plus longtemps malades que les titulaires actifs.
  • L’absentéisme augmente avec l’âge. À l’avenir, cette augmentation se poursuivra très probablement suite
    • au vieillissement de la population
    • à l’allongement de la carrière.
  • Les défis principaux en vue de réduire l’absentéisme sont :
    • les mesures préventives
    • la réintégration des titulaires en incapacité de travail.

Facteurs explicatifs de l’augmentation du nombre d’invalides – période 2006-2015 – Régime général et régime des indépendants

En 20 ans, de 1996 à 2015, le nombre de salariés invalides augmente de 104,30% pour atteindre 346.971 personnes. Au cours de la même période, le nombre d’indépendants invalides augmente moins fortement (40,38%) pour atteindre 23.437 personnes. Certains facteurs démographiques, communs aux 2 régimes, expliquent cette augmentation : le vieillissement de la population ou l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail. Par ailleurs, des différences importantes existent aussi entre les 2 régimes. Cette étude examine les différences au niveau du taux d’invalidité, de l’âge, de la durée et du groupe de maladies à l’origine de l’incapacité de travail.

Nos études publiées en 2016

Reprises de travail à temps partiel autorisées par le médecin conseil pour les travailleurs indépendants en incapacité de travail – période 2013-2014 – travailleurs indépendants

En 2014, au total 7.113 indépendants en incapacité de travail ont exercé une activité autorisée durant au moins 1 jour. Parmi les 3.949 titulaires qui en 2014 arrêtent cette activité, 27,94 % reprennent leur activité antérieure ou une autre activité. Plus vite le médecin conseil de la mutualité décide une reprise de travail à temps partiel, plus grandes sont les chances de reprendre ensuite l’activité à temps plein. Les autorisations accordées dans les 3 à 6 mois suivant le début de l’incapacité de travail, conduisent à une reprise de travail à temps plein dans respectivement 42,79 % et 31,26 % des cas.

Reprises de travail à temps partiel avec l’autorisation du médecin conseil pour les titulaires en incapacité de travail – période 2011-2014 – travailleurs salariés

Le nombre d’autorisations pour reprendre le travail à temps partiel accordées à un titulaire en incapacité de travail en vue de sa réintégration sur le marché du travail est en augmentation. En 2014, 54.620 titulaires exerçaient une activité ainsi autorisée. Parmi ceux qui mettent fin à cette activité à temps partiel, 44,78 % reprennent le travail à temps plein. Une autorisation d’exercer une activité à temps partiel accordée dans les 6 mois suivant le début de l’incapacité de travail, conduit alors même à une reprise de travail à temps plein dans plus de 50 % des cas.

Absentéisme en incapacité primaire – Analyse des facteurs explicatifs – période 2009-2014

L’étude analyse l’absentéisme pour cause de maladie, pour les périodes qui dépassent la période de salaire garanti.

Quelques conclusions de l’étude :

  • Les problèmes psychiques et les affectations musculo-squelettiques sont les principales causes d’incapacité de travail.
  • Le taux d’absentéisme augmente au cours de la période 2009-2011 pour finalement se stabiliser en 2012. À partir de 2013, le taux augmente à nouveau.
  • Les ouvriers sont plus souvent absents pour cause de maladie que les employés.
  • Les femmes s’absentent plus pour cause de maladie que les hommes.
  • Les titulaires issus du chômage qui entrent en incapacité restent visiblement plus longtemps malades que les titulaires actifs.
  • L’absentéisme augmente avec l’âge. À l’avenir, cette augmentation se poursuivra très probablement suite
    • au vieillissement de la population
    • à l’allongement de la carrière.
  • Les défis principaux en vue de réduire l’absentéisme sont :
    • les mesures préventives
    • la réintégration des titulaires en incapacité de travail.

Récupération des indemnités indues payées par les organismes assureurs – Analyse de 2014

En 2014, les indemnités versées indûment aux titulaires assurés s’élèvent à 70.306.507,07 EUR, soit 1 % de l’ensemble des dépenses en prestations versées par les organismes assureurs en 2014.

Environ 1/3 de ce montant (33,47 %) résulte d’une erreur, d’une méprise ou d’une négligence de la part des organismes assureurs. Pour les 2/3 restant (66,53 %), tout semble indiquer que les paiements fautifs ne peuvent pas être imputés à une erreur commise par les organismes assureurs.

Ces paiements indus en incapacité de travail ou en maternité découlent principalement soit d’une information tardive transmise aux organismes assureurs à propos d’une reprise de travail, d’un retour au chômage, soit d’un traitement trop lent de cette information.

Nos études publiées en 2015

Facteurs explicatifs de l’augmentation du nombre d’invalides – période 2005-2014 – Régime général et régime des indépendants

En 20 ans, de 1995 à 2014, le nombre de salariés invalides augmente de 91,32 % pour atteindre 321.573 personnes. Au cours de la même période, le nombre d’indépendants invalides augmente moins fortement (31,62 %) pour atteindre 22.353 personnes. Certains facteurs démographiques, communs aux 2 régimes, expliquent cette augmentation : le vieillissement de la population ou l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail. Par ailleurs, des différences importantes existent aussi entre les 2 régimes. Cette étude examine les différences au niveau du taux d’invalidité, de l’âge, de la durée et du groupe de maladies à l’origine de l’incapacité de travail.

Absentéisme pour maladie - Incapacité primaire – Analyse et facteurs explicatifs

L’étude analyse l’absentéisme pour cause de maladie, pour les périodes qui dépassent la période de salaire garanti.

Quelques conclusions de l’étude :

  • Les problèmes psychiques et les affectations musculo-squelettiques sont les principales causes d’incapacité de travail.
  • L’absentéisme augmente au cours de la période 2009-2011 pour se stabiliser en 2012.
  • Les ouvriers sont plus souvent absents pour cause de maladie que les employés.
  • Les femmes s’absentent plus pour cause de maladie que les hommes.
  • Les titulaires issus du chômage qui entrent en incapacité restent visiblement plus longtemps malades que les titulaires actifs.
  • L’absentéisme augmente avec l’âge. À l’avenir, cette augmentation se poursuivra très probablement suite
    • au vieillissement de la population
    • à l’allongement de la carrière.
  • Les défis principaux en vue de réduire l’absentéisme sont :
    • des mesures préventives
    • la réintégration des titulaires en incapacité de travail.

Nos études publiées en 2014

Facteurs explicatifs de l’augmentation du nombre d’invalides – période 2004-2013 – Régime général et régime des indépendants

En 20 ans, de 1994 à 2013, le nombre de salariés invalides augmente de 80,16 % pour atteindre 299.408 personnes. Au cours de la même période, le nombre d’indépendants invalides augmente moins fortement (23,59 %) pour atteindre 21.415 personnes. Certains facteurs démographiques, communs aux 2 régimes, expliquent cette augmentation: le vieillissement de la population ou l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail. Par ailleurs, des différences importantes existent aussi entre les 2 régimes. Cette étude examine les différences au niveau du taux d’invalidité, de l’âge, de la durée et du groupe de maladies à l’origine de l’incapacité de travail.

Reprises de travail à temps partiel avec autorisation du médecin conseil pour les travailleurs en incapacité de travail – période 2012-2013 – travailleurs indépendants

En 2013, au total 6.758 indépendants en incapacité de travail ont exercé une activité autorisée durant au moins 1 jour. Parmi les 3.893 titulaires qui en 2013 arrêtent cette activité à temps partiel, 26,37 % reprennent leur activité antérieure ou une autre activité. Plus vite le médecin conseil de la mutualité décide une reprise de travail à temps partiel, plus grandes sont les chances de reprendre ensuite l’activité à temps plein. Les autorisations accordées dans les 3 à 6 mois suivant le début de l’incapacité de travail, conduisent à une reprise de travail à temps plein dans respectivement 40,64 % et 31,38 % des cas.

Reprises de travail à temps partiel avec autorisation du médecin conseil pour les travailleurs en incapacité de travail - période 2010-2013 – travailleurs salariés

Le nombre d’autorisations pour reprendre le travail à temps partiel accordées à un titulaire en incapacité de travail en vue de sa réintégration sur le marché du travail est en augmentation. En 2013, 48.102 titulaires exerçaient une telle activité autorisée. Parmi les 19.568 titulaires qui en 2013 arrêtent cette activité, 40,23 % reprennent le travail à temps plein. Une autorisation d’exercer une activité à temps partiel accordée dans les 6 mois suivant le début de l’incapacité de travail, conduit alors même à une reprise de travail à temps plein dans plus de 45 % des cas.

Nos études publiées en 2013

Analyse des dépenses en invalidité en Belgique dans une perspective géographique – période 2006-2011 – travailleurs salariés

Les dépenses moyennes en invalidité par titulaires indemnisables sont 20,63 % supérieures en Wallonie par rapport à la moyenne belge. En Flandre et à Bruxelles, les dépenses sont respectivement 8,76 % et 11,19 % inférieures à cette moyenne. Une explication partielle résulte du fait que, en Wallonie, un nombre plus important d’indemnités avec charge de famille sont versées et que la région on compte proportionnellement plus d’ouvriers que d’employés. D’autre part, les différences économiques entre les régions déterminent les chiffres des dépenses. Aussi bien en Wallonie qu’en Flandre, le nombre d’invalides est lié positivement avec un niveau d’instruction bas, un revenu et un taux d’emploi faibles.

Reprises de travail à temps partiel avec autorisation du médecin conseil pour les travailleurs en incapacité de travail - période 2011-2012 – travailleurs indépendants

En 2012, 6.412 indépendants en incapacité de travail ont exercé une activité autorisée durant au moins 1 jour. Parmi les 3.984 titulaires qui en 2012 arrêtent cette activité, 26,61 % reprennent leur activité antérieure ou une autre activité. Plus vite le médecin conseil de la mutualité décide une reprise de travail à temps partiel, plus grandes sont les chances de reprendre l’activité à temps plein.
Les autorisations accordées dans les 3 à 6 mois suivant le début de l’incapacité de travail, conduisent à une reprise de travail à temps plein dans respectivement 40,16 % et 33,57 % des cas.

Reprises de travail à temps partiel avec autorisation du médecin conseil pour les travailleurs en incapacité de travail - période 2010-2012 – travailleurs salariés

Le nombre d’autorisations pour reprendre le travail à temps partiel accordées à un titulaire en incapacité de travail en vue de sa réintégration sur le marché du travail est en augmentation. En 2012, 44.355 titulaires exerçaient une telle activité autorisée. Parmi les 18.386 titulaires qui en 2012 arrêtent cette activité à temps partiel, 39,52 % reprennent ensuite le travail à temps plein. Une autorisation d’exercer une activité à temps partiel accordée dans les 6 mois suivant le début de l’incapacité de travail, conduit alors même à une reprise de travail à temps plein dans plus de 45 %.

Rapport sur les données existantes en matière d’incapacité de travail relatives à la réadaptation professionnelle – période 2010-2012

Le nombre de demandes concernant la réinsertion socio-professionnelle est en constante augmentation : la Commission supérieure du CMI a traité 2.466 demandes entre 2010 et 2012, pour un total de 2.437 décisions, dont 97 % de décisions favorables.

1.025 bénéficiaires on entamé un parcours de formation entre 2010 et 2012 :

  • es titulaires en réinsertion socio-professionnelle étaient majoritairement des hommes (53,41 %) âgés entre 31 et 45 ans, résidant en Région wallonne (70 %) et relevant du régime des salariés. es titulaires en réinsertion socio-professionnelle étaient majoritairement des hommes (53,41 %) âgés entre 31 et 45 ans, résidant en Région wallonne (70 %) et relevant du régime des salariés.
  • Les 2 principales causes d'entrée en incapacité de travail des titulaires impliqués dans un parcours de réinsertion socio-professionnelle sont les troubles musculo-squelettiques (27 %) et les troubles mentaux (20 %). 

Facteurs explicatifs de l’augmentation du nombre d’invalides – période 1993-2012 – travailleurs salariés

En 20 ans, de 1993 à 2012, le nombre d’invalides a augmenté de 72,1 % pour atteindre 283.541 personnes. Cette augmentation peut s’expliquer en partie par les facteurs démographiques et l’évolution du marché du travail : le vieillissement de la population, l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail, l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes. Par ailleurs, de nouvelles maladies telles que les affections articulaires et les problèmes psychiques augmentent. Le stress et les conditions de travail plus difficiles, combinés à des problèmes de la vie privée peuvent être des facteurs explicatifs.

Contacts