Evolution des préparations contre l’hypertension - Infospot

Evolution des préparations contre l’hypertension - Infospot (janvier - février - mars 2011)
Éditeur
J. De Cock
Auteur
INAMI
Date de publication
26/04/2011
Type de publication
Etude
Thèmes
Médicaments

L’hypertension artérielle est un facteur de risque très important dans la survenue d’une série d’affections cardio-vasculaires telles que l’accident vasculaire cérébral, l’infarctus du myocarde et l’insuffisance cardiaque, l’athéromatose périphérique et l’insuffisance rénale. L’objectif du traitement antihypertenseur est de réduire le risque cardio-vasculaire et donc la morbidité ainsi que la mortalité.
 
L’hypertension artérielle est définie dans les directives européennes comme une tension systolique supérieure à 140 mmHg et une tension diastolique supérieure à 90 mmHg. L’augmentation du risque est continue, c.-à-d. plus la tension artérielle est élevée, plus le risque est grand. Dans les directives, il est mentionné qu’il convient en principe d’atteindre des valeurs tensionnelles inférieures à 140 mmHg pour la systolique et à 90 ou 85 mmHg pour la diastolique ; dans certains groupes de patients (diabétiques, patients atteints d’une affection rénale chronique) les valeurs tensionnelles à atteindre sont plus faibles (< 130/80 mmHg ) (1) (2).

Selon les résultats d’une enquête de santé réalisée en 2004 par l’Institut Scientifique de Santé Publique, la prévalence de l’hypertension était de 10,9% chez les hommes et de 13,6% chez les femmes.

Une étude belge portait sur 3761 sujets masculins âgés de plus de 55 ans (3). La tension artérielle était mesurée de façon standardisée à l’aide d’un appareil de mesure automatique validé. La prévalence de l’hypertension atteignait 74% et 80% des hypertendus étaient traités pharmacologiquement. La tension artérielle était normalisée chez seulement 38 % des patients traités.
 
L’usage des médicaments contre l’hypertension (mais qui ont également souvent d’autres indications que l’hypertension) est en tout cas très répandu dans la population.  La proportion de patients traités est de 20% chez les hommes et 25% chez les femmes (patients ayant pris au moins une préparation en 2009).  L’âge joue ici naturellement un rôle prépondérant.  Dans toutes les classes d’âge la proportion de femmes traitées est toujours supérieure à celle des hommes.

Plus d'informations

Contacts